Consultation gratuite
Bücco - Guide ortho
Cas traités du Dre Johanne Lafond

Cas traités du Dre Johanne Lafond

Pistes directes Initial

Lorsque les enfants sont très jeunes, vers 5-6 ans et qu’il n’ont pas encore suffisamment de dents d’adulte pour pouvoir procéder à une phase d’interception avec différents appareils et que nous avons la chance d’intercepter une malocclusion  naissante, nous pouvons procéder à la mise en place de pistes directes pour permettre une résolution assez précoce du problème et ainsi, permettre à la croissance naturelle de s’exprimer et dans le sens transverse (largeur des arcades) et dans le sens sagittal (de l’arrière vers l’avant de la mâchoire.)

Nous vous montrons ici une interception de ce type où la croissance et le développement  de la mâchoire inférieure était bloquée et vous pourrez remarquer que les dents du bas touchaient le palais déjà, empêchant ainsi le développement des 2 mâchoires.

Pistes directes Traitement-1

Nous vous montrons le cas après la pose des pistes directes postérieures. Celles-ci sont posées parfois au maxillaire supérieur, parfois au maxillaire inférieur, parfois aux 2 maxillaires.  Elles sont orientées de façon à corriger le problème que présente le cas par la  réhabilitation neuro-occlusale (RNO) .

Pistes directes Traitement-2

Après 3 -4 mois, on observe déjà le début des résolutions des problèmes.  Notez l’harmonisation  en largeur (dimension transverse) ainsi qu’un début de correction du surplomb vertical antérieur. On commence à visualiser les antérieures inférieures malgré l’émergence de larges incisives supérieures permanentes.

ClasseIII ortho-chirurgie+expansion maxillaire sup. Initial

Je vous présente un cas de classe III squelettique et dentaire , avec occlusion croisée postérieure et antérieure, que nous traiterons avec des chirurgies orthognatiques. La première consistera en une expansion chirurgicale, créée avec un expanseur appelé Hyrax avec recouvrement en acrylique, et ce, au tout début du traitement orthodontique, suivie d’une deuxième chirurgie des 2 maxillaires , environ un an plus tard.

ClasseIII ortho-chirurgie+expansion+occlusion croisée Traitement-1

Le recouvrement occlusal de l’expanseur Hyrax était nécessaire pour libérer l’occlusion lors de l’ouverture de la suture qui allait corriger l’Occlusion croisée dans ce premier temps de traitement.

ClasseIII ortho-chirurgie+expansion+occlusion croisée Traitement-2

Vous observerez, après l’expansion chirurgicale, un espace notable entre les 2 incisives supérieures. Cette craque se corrige d’elle-même quelques semaines après la fin de l’ouverture de la vis palatine et n’est nullement préoccupant sauf esthétiquement il va s’en dire.

Par la suite , 6 mois plus tard, temps que met la guérison de la suture palatine à s’accomplir, nous enlevons l’expanseur et posons les boitiers au maxillaire supérieur.

Dans ce cas, nous avons aussi ajouter des pistes directes postérieures pour soutenir l’occlusion en attendant la deuxième chirurgie.

ClasseIII ortho-chirurgie+expansion+occlusion croisée Final

Voici le cas au final, après la chirurgie des 2 maxillaires, soit l’avancement chirurgical de la mâchoire supérieure et le recul chirurgical de la mâchoire inférieure.

Nous avons aussi placer en finale, un appareil de rétention appelé ACCO pour terminer la fermeture de petits espaces au maxillaire supérieur, ainsi que 2 lingual fixes antérieurs pour pallier la fortes mémoires des dents adultes à vouloir retourner dans leur position initiale.

Notez aussi aux panoramique et au céphalomètre, les différentes vis et attaches utilisées durant la chirurgie.

 

Propel cas#3

Nous vous montrons ici un cas avec appareillages fixes où nous accélérons le déplacement dentaire par des micro-perforations de l’os entourant la zone de chevauchement maximal, appelés la technique Propel.

Propel cas#2

Vous voyez ici un cas adulte, traité par la technique de gouttières Invisalign , avec multes  chevauchements antérieurs , où, pour accélérer le déchevauchement,   nous avons procédé à des micro-perforations osseuses dans la région avec la technique du Propel.

Propel Cas#1

Pour ce cas, nous travaillons avec la technique Invisalign adulte et fermons une béance importante à droite. Pour accélérer ces mouvements très difficiles à accomplir car il faut des égressons importantes  des dents de ce côté, nous avons procédé à des microperforations osseuses avec la technique du Propel.

Pour lire de la documentation sur le Propel, suivre le lien : ici

Classe I – occlusion croisée Initial

On observe ici, un cas d’occlusion croisée antérieure de la canine supérieure gauche qui empêche fortement les mouvements de latéralité chez cette patiente et bloque ainsi les plages de mouvement nécessaire à une saine fonction de mastication.

Classe I – occlusion croisée Traitement

Notez que pour traiter ce cas, nous créerons de la place avec l’utilisation  de springs légers et dégagerons l’occlusion pour que la canine supérieure gauche puis sauter l’occlusion du côté lingual au côté buccal , là où elle doit être pour avoir sa fonction naturelle de guidance lors des mouvements en latéralité gauche.

Classe I – occlusion croisée Final

Observez à la photo finale, qu’un surplus de gencive au buccal de la canine supérieure gauche est présent.  Une résolution naturelle se produit par elle-même dans la majorité des cas ou sinon, nous corrigeons cela par laser quelques semaines plus tard.

Classe I – cas d’extraction – open bite – déglutition infantile Initial

Ce cas présente une classe I dentaire avec protrusion bimaxillaire rendant difficile pour cette patiente de fermer ses lèvres ensemble, donc sans scellement labial antérieur.

Nous avons donc précéder à un alignement sommaire suivi de quatre extractions de prémolaires .

Classe I – cas d’extraction – open bite – déglutition infantile Traitement

Voici le cas après l’ extraction de 4 prémolaires et la fermeture des espaces par des élastiques et des springs.

Classe I – cas d’extraction – open bite – déglutition infantile Final

Vous pouvez noter en finale, une fermeture labiale facilitée et un profil et une fonction plus adéquats.

Classe I – cas d’extraction Initial

Voici un cas avec énormément de chevauchement qui commandait ainsi des extractions de 4 prémolaires ainsi que l’utilisation d’appareillages fixes supérieurs et inférieurs.

Classe I – cas d’extraction Traitement

Voici l’évolution du cas avec 4 extractions de prémolaires.

Classe I – cas d’extraction Final

En voici la finale, et fait à noter, il y a eu extraction des 4 sagesses par la suite.

Phase 1– Classe II div1. – Expansion – Open bite – Déglutition infantile Initial

Dans ces images de ce cas, vous noterez qu’il s’agit d’une classe II division1, avec suffisamment d’espace à la mandibule mais avec un problème de largeur (dimension transverse) au maxillaire supérieur.

Il y a une béance antérieure (open-bite) et un  surplomb horizontal imposant.

Il y a aussi une déglutition infantile et une propulsion linguale frontale.

Phase 1– Classe II div1. – Expansion – Open bite – Déglutition infantile Traitement

Le traitement a consisté en une expansion du maxillaire supérieur et le port d’élastique de haut en bas,  pour stimuler la croissance du maxillaire inférieur qui présentait un sous-développement.

Phase 1– Classe II div1. – Expansion – Open bite – Déglutition infantile Final

Voyez ici la finale de cette interception de phase I.  Observez la correction complète du surplomb horizontal.  Un suivi annuel a ensuite été recommandé de même qu’une thérapie myo-fonctionnelle chez un/e orthophoniste.

Phase I – Classe III – Expansion Initial

On voit ici un cas de tendance squelettique classe III avec occlusion croisée antérieure et prognatie d la mandibule.

Au panoramique, on observe un sous-développement des 2 incisives latérales supérieures qui sont aussi malpositionnées et de forme particulière.

Phase I – Classe III – Expansion Traitement

Nous avons prévilégié une expansion lente pour ce patient et une couverture postérieure en acrylique temporaire,  pour laisser l’incisive en occlusion croisée passer du lingual au buccal.

Phase I – Classe III – Expansion Final

Par la suite nous avons stabilisé le cas avec un petit Hawley de rétention pour conserver l’espace pour les incisives latérales qui ont une formation lente.

Un suivi annuel est suggéré par la suite.

Classe I – Expansion Initial

Nous avons ici un cas de classe I avec léger manque d’espace et surplomb vertical augmenté.

Nous le corrigerons par l’utilisation d’appareillages fixes  aux 2 maxillaires ainsi que par une légère expansion palatine.

 

Classe I – Expansion Traitement

Voyez ici l’expanseur en place de même que de légers turbos antérieurs en acrylique pour libérer le surplomb vertical.

Classe I – Expansion Final

A la dépose des appareillages fixes, notez la mise en bouche de 2 lingual fixes (petits fils de maintien au lingual des dents).

Occlusion croisée – Expansion Initial

On observe chez cette patiente une occlusion croisée postérieure bilatérale avec une légère asymétrie condylaire au panoramique.

Un appareil d’expansion avec recouvrement acrylique postérieur a été utilisé pour  corriger l’occlusion croisée et augmenter les chances d’un repositionnement centré des disques articulaires  des articulations temporo-mandibulaires après l’examen initial.

Puis on a attendu l’émergence des dents permanentes , et mis en bouche les appareillages fixes aux 2 maxillaires ainsi que débuté des élastiques de correction de classe III pour finaliser le cas.

Occlusion croisée – Expansion Traitement

Voici le cas avec l’expanseur et plus tard, avec les appareillages fixes.

Occlusion croisée – Expansion Final

Voici la finale. A noter, le bel élargissement de la ligne du sourire par rapport au début, ainsi que les sagesses incluses  positionnées obliques  et horizontales actuellement et qui devront être extraites lors de la formation du premier tiers radiculaire.

Occlusion croisée – Expansion – absence congénitale d’une lat. sup. dr. Initial

On observe ici un cas de tendance squelettique  classe III avec occlusion croisée postérieure droite et antérieure de l’incisive centrale gauche. On note l’absence congénitale de l’incisive latérale supérieure gauche permanente et de la formation kystique débutante de la canine incluse sup. droite actuellement (voir radiographie occlusale ci-jointe).

Un appareil d’expansion palatine avec recouvrement occlusal a été utilisé pour diminuer aussi les problèmes aux disques articulaires des articulations temporo-mandibulaires.

Puis des appareillages fixes complets ont suivi ainsi que l’utilisation de turbos antérieurs et d’élastiques de classe III .

Occlusion croisée – Expansion – absence congénitale de la lat. sup. dr. Traitement

Voici les étapes du traitement.

Occlusion croisée – Expansion – absence congénitale de la lat. sup dr. Final

À suivre

Microvis – canine incluse cas#3 Initial

Dans ce cas-ci, on observe une canine permanente supérieure gauche incluse et, palatine et kystique débutante. On remarque qu’elle est située tout près de la racine de la latérale supérieure gauche et que toutes les dents permanentes n’ont pas encore fait éruption.

On propose donc une exposition chirurgicale (par un chirurgien maxillo-facial)  de la canine palatine suivie de la mise en place d’une microvis d’ancrage palatine pour sa traction par Dre Lafond.

Il est préférable de tirer une dent incluse avant sa formation radiculaire complétée (idéalement aux 2/3 de sa formation) car après, les risques d’ankylose et de dilacération débutent.

Microvis – canine incluse cas#3 Traitement

Voyez ici le cas de la canine après exposition chirurgicale et mise en place de la microvis d’ancrage par Dre Lafond ainsi que le début de la traction.

Microvis – canine incluse cas#3 Traitement (suite)

Puis on a positionné les appareillages fixes.

Microvis – canine incluse cas#3 Final

À SUIVRE

Classe III – ATM – Canine incluse Initial

Classe III squelettique et dentaire avec un manque d’espace antérieur supérieur important pour les canines supérieures bilatérales situées du côté palatin actuellement et incluses . Léger chevauchement antérieur inférieur et on observe aussi une asymétrie condylaire légère ainsi qu’un déplacement méniscal aux articulations temporo-mandibulaires.

Classe III – ATM – Canine incluse Traitement

Un traitement avec expansion palatine par expanseur Hyrax avec recouvrement occlusal postérieur en acrylique pour soulager aider les déplacements méniscaux , a été débuté. En même temps, une exposition chirurgicale des 2 canines supérieures incluses permanentes a été faite par un chirurgien maxillo-facial. Après expansion, une traction douce et lente  fut produite aussi. Ainsi que la pose des appareillages fixes complets par la suite.

Classe III – ATM – Canine incluse Final

Voici comment cela s’est terminé.

Classe II div.1 – canine incluse+occlusion croisée+ absence congénitale de la deuxième molaire inf. g. permanente. Initial

On observe ici un cas de classe II division 1, avec occlusion croisée postérieure gauche complète et incomplète à droite, avec chevauchements multiples, avec la canine permanentes supérieure droite incluse kystique et située buccalement actuellement.  On note aussi l’absence congénitale de la deuxième molaire inférieure gauche  qui sera éventuellement remplacée par la dent de sagesse de ce côté.

Classe II div.1 – canine incluse+occlusion croisée+absence congénitale de la deuxième molaire inf. g. permanente Traitement

On a utilisé un expanseur palatin fixe à 4 bagues, avec mise en place des appareillages fixes inférieurs.

Puis on a enlevé l’expanseur et ajouté les appareillages fixes au maxillaire supérieur.

Un chirurgien maxillo-facial a exposé la canine permanente supérieure droite et la traction douce a débuté.

 

Classe II div.1 – canine incluse+occlusion croisée+absence congénitale de la deuxième molaire inf. g. permanente Final

Voici la finale et au panoramique, il est à noter que 3 dents de sagesse ont été enlevées et que l’on a conservé la sagesse inférieure gauche pour remplacer la deuxième molaire permanente absente congénitalement et que cette dernière semble aller se placer gentiment à la bonne place sans notre intervention.

Classe II division1+ Canine incluse+CBJ Initial

Cas de classe II division 1 avec une canine permanente supérieure droite incluse kystique actuellement. Elle est légèrement palatine et sa formation radiculaire est aux 2/3 et est donc à la formation idéale pour sa traction. Si nous attendions plus longtemps, et que la formation radiculaire soit complète, des risques de dilacération et d’ankylose de celle-ci débuteraient.

 

Classe II division 1 + Canine incluse Traitement

Un traitement avec une exposition chirurgicale avec recouvrement gingival de la canine incluse kystique sup. droite (par un chirurgien maxillo-facial) a été commencé. Une traction lente avec un appareil modifié de type Hawley fut produite.

Puis on a ajouté des pistes directes pré-molaires pour permettre le saut de la canine incluse du lingual vers le buccal.

Puis des appareillages fixes avec un appareil d’avancement mandibulaire de type CBJ complétèrent  le traitement.

Classe II division1 +Canine incluse Final

Voici les résultats finaux, avec la mise en place des lingaul fixes sup. et inf.

Remarquer l’effet de l’avancement mandibulaire sur le profil, effet que l’on ne peut produire que lorsqu’il y a de la croissance condylaire restante.

Classe II subdivision+ Microvis + canine incluse Initial

Voici un cas de classe II subdivision avec canine permanente supérieure droite incluse palatine avec rétention de la canine primaire correspondante . La formation de la  racine de la canine incluse est complète et rend donc la dent à risque de dilacération , d’ankylose et pouvant déjà avoir résorbé la racine de l’incisive latérale qui la jouxte. Le tout fut discuté à la consultation.

On a débuté le traitement par l’exposition chirurgicale de la canine permanente supérieure droite et extraction de la canine primaire correspondante par un chirurgien maxillo-facial et pose de la microvis d’ancrage par Dre Lafond.

Classe II subdivision+ Microvis – canine incluse Traitement

Progression de la traction de la canine incluse palatine suivie de la mise en bouche des appareillages fixes aux 2 maxillaires.

Classe II subdivision+ Microvis + canine incluse Traitement (suite)

Progression de la traction et appareillages fixes (suite).

Classe II subdivision +Microvis + canine incluse Final

Voyez les résultats finaux.

Microvis Initial

Voici un cas d’expansion avec impaction postérieure supérieure avec microvis d’ancrage.

A noter que dans ce cas, des extractions de 4 prémolaires ont aussi été discutées à la consultation. Un craquement à l’articulation temporo-mandibulaire gauche était aussi présent alors nous avons préféré débuter le cas par un appareil d’expansion avec recouvrement occlusal pour 6 mois et ainsi permettre au disque articulaire de se repositionner.

Microvis Traitement

Voici le cas avec l’appareil en bouche et les microvis d’impaction.

Microvis Final

Voici les résultats finaux.

Classe II div.2- Cas#6 Initial

Il s’agit d’un cas où nous voulions intercepter la classe II division 2 , car l’axe des antérieures supérieures ne permettaient pas la croissance de la mâchoire inférieure.

Nous avons donc débuté avec une arc d’utilité au maxillaire supérieure pour buccaler les 4 dents antérieures supérieures et ainsi créer de la place pour que la mâchoire inférieure puisse se débloquer.

Evidemment  nous aurions pu procéder à cette interception vers 7-8 ans et cela aurait permis encore plus d’affecter positivement le profil de l’enfant dans un premier temps et de permettre aux  condyles des articulations temporo-mandibulaires de fleurir normalement  sans déplacement méniscal précoce, comme il arrive souvent avec ce type de blocage de la croissance de la mâchoire inférieure.

Classe II div.2- Cas#6 Traitement

Observez ici comment l’arc d’utilité permet de corriger tout doucement le surplomb vertical antérieur et ainsi débloquer la croissance de la mâchoire inférieure.

Par la suite les appareillages fixes complets ont été ajoutés et la correction complétée.

Classe II div.2- Cas#6 Final

Voyez les résultats finaux.

Classe II- canine incluse- cas#2 Initial

Il s’agit d’un cas de classe II légère  avec manque d’espace important pour la sortie des 2 canines du maxillaire supérieur et chevauchements multiples.

A la panoramique, on observe l’axe oblique de la canine incluse supérieure droite, jouxtant la racine de l’incisive supérieure droite et créant ainsi un danger de résorption de cette racine.

Nous ferons donc de l’espace pour débuter avant de songer à réaliser la traction de cette canine incluse.

 

Classe II- canine incluse- cas#2 Traitement

Nous avons donc procéder à la mise en place des appareillages fixes aux 2 maxillaires an ajoutant des turbos à l’arrière des incisives centrales pour libérer l’occlusion durant l’alignement initial des arcades et on a créé l’espace nécessaire pour la canine incluse supérieure droite avant de procéder à son exposition chirurgicale et à sa traction douce,

Classe II- canine incluse- cas#2 Final

Voyez la finale la journée du débaguage.

Classe II- division 1 Initial

Il s’agit ici d’un cas léger de classe II division 1, traitée par des appareillages fixes et des élastiques de classe II.

Classe II- division 1 Traitement

Voyez le traitement.

Classe II- division 1 Final

Voyez la finale.

Classe II – ortho-chirurgie Initial

Il s’agit d’un cas adulte de classe II division II ou l’axe des dents antérieures supérieures vers l’intérieur et avec un surplomb vertical trop exagéré, ont empêché la croissance de la mâchoire inférieure, créant ainsi des chevauchement multiples et blocage de la mâchoire inférieure.

Nous avons donc procéder à l’alignement des arcades préparatoire à une chirurgie orthognatique d’avancement mandibulaire.

 

Classe II – ortho-chirurgie Traitement

Voyez ici la préparation des arcades pré-chirurgicalement à l’aide d’appareillages fixes.

Classe II – ortho-chirurgie Final

Voici les résultats post-chirurgie . IL y a eu un avancement de la mâchoire du bas et vous pouvez voir les fixations rigides qui ont été placées durant l’acte chirurgical sur les radiographies jointes.

Classe I : Invisalign teen Initial

Il s’agit ici d’un cas de classe I avec léger chevauchement que nous avons traité avec des gouttières invisalign .

Classe I : Invisalign teen Final

Voyez le cas avec les gouttières invisalign teen en bouche et les petits attachements.

Nous avons terminé le cas comme si nous terminions avec des appareillages fixes, i.e. , avec 2 lingual fixes collés à l’arrière des dents.

Classe II div.2- Herbst Cas#5 Initial

Il s’agit ici d’un cas de classe II division 2 , avec l’axe des antérieures supérieures trop vers l’arrière, et avec un surplomb vertical complet, ne permettant pas de visualiser les dents antérieures inférieures.

Cela bloque la croissance de la mâchoire inférieure et  use les dents antérieures inférieures aussi et souvent provoque des désordres aux articulations  temporo-mandibulaires.

A la radiographie panoramique, on observe une légère asymétrie condylaire et au céphalomètre, on note un manque de lordose cervicale (straight coloumn).

On a donc décidé d’utiliser une appareil d’avancement mandibulaire de type Herbst pour ce cas .

Classe II div.2- Herbst Cas#5 Traitement

voyez l’utilisation du Herbst suivi d’appareillages fixes aux 2 maxillaires.

Classe II div.2- Herbst Cas#5 Final

Voyez la finale.

Classe II -division 1- Herbst cas#4 Initial

Regardons ce cas de classe II division 1, avec un très grand surplomb horizontal et une propulsion linguale frontale.

Nous avons utilisé un appareil orthopédique  de type Herbst pour favoriser l’avancement mandibulaire suivi d’appareillages fixes aux 2 maxillaires.

Classe II -division 1 – Herbst cas#4 Traitement

Voyez le Herbst et les appareillages fixes en cours de traitement.

Classe II -division 1- Herbst cas#4 Final

Voyez la finale.

Classe II div.1- ortho-chirurgie +problème ATM Initial

Il s’agit ici d’un cas de classe II division1 avec béance antérieure et problèmes importants aux articulations temporo-manbibulaires avec douleur.

Nous avons débuté le cas par une résonance magnétique des ATM bilatérales , suivie d’une plaque occlusale diagnostique portée pour 6 mois, avec prescription d’anti-inflammatoires et de relaxants musculaires ainsi que d’un suivi en physio-ostéo.  Dans ce cas-ci, la plaque diagnostique est assez imposante car il y avait une béance antérieure qui a augmenté au fur et à mesure que la douleur et son oedème  s’amenuisaient.

Par la suite, une décision de chirurgie orthognatique a été engendrée.

Classe II div.1- ortho-chirurgie + problème ATM +Plaque

Voyez la plaque au maxillaire inférieure qui est imposant car il y avant une béance antérieure importante.

Classe II div.1- ortho-chirurgie + Problèmes ATM Traitement

Voyez la préparation orthodontique du cas avant la chirurgie orthognatique à l’aide d’appareillages fixes et de pistes directe.

La chirugie orthognatique consistera en une impaction postérieure du maxillaire supérieur , en un avancement mandibulaire et chirurgie du menton (génioplastie).

 

Classe II div.1- ortho-chirurgie+ problèmes ATM Final

Voyez le cas après chirurgie orthognatique des 2 maxillaires ainsi que les radiographies.

Il est important de comprendre qu ‘un balancement complet de l’occlusion ainsi que le port d’une plaque occlusale de nuit seront fortement suggérés après la finition du cas.

Les dommages à l’articulation mandibulaire,  uni ou bilatéraux et parfois permanents, rendent ces cas susceptibles malgré tout de retomber dans une douleur aux mâchoires. Il vaut  mieux prévenir que guérir car la guérison n’est pas toujours possible mais une amélioration est par ailleurs toujours constatée.

 

Classe II div.1- ortho-chirurgie+ problèmes ATM + Blanchiment

La patiente a fait suivre sa chirurgie orthognatique d’un blanchiment qui l’a rendue très heureuse .

Classe III majeur – Cas#3 Initial

Cas de classe III légère que nous avons traité par appareillages fixes aux 2 maxillaires et élastiques de classe III.

Classe III -majeur – Cas#3 Traitement

Avec les appareillages fixes, à noter l’utilisation de boitiers transparents dans la ligne du sourire.

Classe III majeur – Cas#3 Final

Voyez les résultats finaux.

Classe II div 1 – Herbst+ expanseur+déglution infantile +ATM Cas#3 Initial

Il s’agit d’un cas de classe II division1 avec un imposant surplomb horizontal et aucun surplomb vertical. La patiente présente une déglutition infantile avec propulsion linguale frontale. Il y a constriction palatine et  la respiration est buccale.

On peut penser qu’il y aussi une blessure aux articulations temporo-mandibulaires et une résonance magnétique pourra être prescrite si des douleurs  venaient à se présenter à ce niveau.

Noua avons traité ce cas avec un expanseur palatin couplé d’ un appareil d’avancement mandibulaire de type Herbst. Avons suggéré orthophonie et ostéo-physio (tête vers l’avant et très antérieure au sternum).

Classe II div 1 – Herbst+expanseur+ déglution infantile+ATM Cas#3 Traitement

Voyez les traitements et la stimulation à la mâchoire inférieure par le Herbst et l’expanseur, suivis pas des appareillages fixes  aux 2 maxillaires.

Classe II div 1+ Herbst+expanseur+déglutition infantile+ATM Cas#3 Final

Nous avons terminé ce cas avec la pose de 2 lingual fixes et d’un Hawley (appareil de rétention) au maxillaire supérieur pour conserver l’expansion que nous avons créée.

Classe II – Ortho-chirurgie+ATM+Extractions Initial

Il s’agit d’un cas de classe II division 1, avec chevauchements multiples et surplombs horizontal et vertical très imposants avec une asymétrie condylaire importante à la radiographie panoramique.

Au céphalomètre, on note une colonne cervicale sans lordose (straight column).

Nous traiterons ce cas avec extractions de 4 prémolaires et ortho-chirurgie d’avancement mandibulaire.

 

Classe II – Ortho-chirurgie+ATM+extractions Traitement

Nous avons préparé le cas pour la chirurgie orthognatique d’avancement mandibulaire.

Classe II – Ortho-chirurgie+ATM+extractions Final

Voici les résultats après la chirurgie d’avancement mandibulaire et la mise en place de 2 fils linguaux permanents. Comme il y a eu extractions sup. et inf. nous avons aussi mis en place 2 hawleys (appareils de rétention).

Classe II majeur – Initial

Voici un cas de classe II légère avec un manque d’espace flagrant pour les canines permanentes supérieures.

Nous avons créé l’espace en utilisant un Nance bondé au palais et reculé les molaires supérieures par une activation bilatérale  d’un fil particulier.

Puis on a terminé avec des appareillages fixes aux 2 maxillaires.

 

Classe II majeur – Traitement

Voyez le Nance bondé et les fils utilisés.

Classe II majeur – Final

Voyez la finale.

Classe II– division2-surnuméraire Cas#2 Initial

Il s’agit d’un cas de classe II division 2  avec chevauchements multiples, manque d’espace  complet pour la canine inférieure droite permanente, dent actuellement incluse surnuméraire près de la racine de l’incisive centrale gauche (21X) et légère asymétrie condylaire.

Nous avons procédé à des expansions des 2 maxillaires et extraction chirurgicale de la dent surnuméraire au maxillaire supérieure par un chirurgien maxillo-facial. Puis on a posé les appareillages fixes aux 2 maxillaires.

 

ClasseII –division2-surnuméraire Cas#2 Traitement

Voyez le cas après expansion des 2 maxillaires et puis après la pose des appareillages fixes.

Classe II division2- surnuméraire Cas#2 Final

Voyez la finale de ce cas.

Classe II – Initial

Ce cas est un cas de classe II  avec les canines  hautes et manque d’espace.

Nous l’avons traité avec des appareillages fixes , des attaches linguales antérieures pour libérer légèrement l’occlusion dès le départ et utilisation d’élastiques de classe II.

Classe II – Traitement

Voici la progression du cas.

Classe II – Final

A noter, voici la finale avec mise en bouche de 2 fils linguaux antérieurs.

Il y a aussi 4  dents de sagesse actuellement en formation et la sagesse supérieure gauche demande un suivi plus important car elle se situe actuellement directement au-dessus de la racine de la deuxième molaire supérieure gauche , et dans un axe qui pourrait favoriser la résorption non-désirée de cette dent que nous aimerions conserver. Malheureusement , dans certains cas, il arrive que nous perdions une dent importante de cette façon car on ne peut que surveiller et attendre la direction finale que prendra l’axe de cette sagesse en bourgeon. Il est très risqué, si on voulait l’enlever, de procéder à une chirurgie trop tôt qui risquerait de propulser la sagesse dans le sinus maxillaire et de causer de plus graves ennuis à la patiente. La patience est donc ici de mise.

Classe I + Absence congénitale de 2 prémolaires Initial

On observe ici un cas de classe I avec orthognatie maxillaire et mandibulaire. Il y a absence congénitale des deuxièmes prémolaires inférieures .

Nous désirons fermer ces espaces afin d’éviter à la patiente , des ponts ou implants de remplacement de celles-ci. Des extractions de 2 deuxièmes prémolaires au maxillaire supérieure, afin de donner une occlusion plus conforme et un meilleur support péridentaire plus adéquat sont aussi recommandées.

Parfois, l’utilisation de microvis d’ancrage peut être nécessaire pour consolider la section antérieure inférieure afin de donner un ancrage plus fort et éviter ainsi une trop forte rétro-inclinaison des antérieures inférieures qui pourrait fragiliser l’os lingual de cette région et déchausser les dents.  Plusieurs critères de sélection sont à considérer.  Le maxillaire supérieur est constitué d’un os spongieux et les dents se déplacent généralement avec plus de facilité  qu’à la mâchoire inférieure car son os est constitué de corticales qui le durcissent et le renforcissent mais qui ne nous permet pas des déplacements dentaires aussi aisés.

Classe I +Absence congénitale de 2 prémolaires Traitement

Voici le traitement avec la fermeture des espaces laissés par l’extraction des deuxièmes molaires primaires inférieures et des deuxièmes prémolaires supérieures gauche et droite.

Classe I + Absence congénitale de 2 prémolaires Final

Voici la finale.

A noter que la présence des 4 dents de sagesse qui semblent vouloir aller se placer en bouche en bonne position de façon naturelle,  augmentera la surface masticatoire de cette patiente.

Classe I majeur – Initial

Cas de classe I avec légers chevauchements, que nous avons traité par des appareillages fixes complets.

A noter que l’extraction des 4 dents de sagesse a été recommandée .

Classe I majeur – Traitement

Voici les appareillages.

Classe I majeur – Final

Voici la finale avec la mise en place de 2 fils linguaux.

Classe I: canine incluse Initial

Cas de classe I avec la canine supérieure droite incluse palatine et formation radiculaire quasi complète.

I y a eu extraction de la canine primaire supérieure droite et exposition chirurgicale de la canine incluse permanente droite.

Puis la pose des appareillages fixes complets et traction de la canine incluse ont eu lieu.

Classe I: canine incluse Traitement

Voici le traitement.

Classe I: canine incluse Final

Voici la finale.

A noter que la canine incluse ainsi replacée, présente souvent un surplus gingival qui parfois se résorbe de lui-même après quelques semaines ou sinon on peut procéder à une retouche esthétique avec un laser.

Classe III : ortho-chirurgie+ occlusion croisée Initial

On découvre ici, un cas de classe III avec rétrognatie du maxillaire supérieur et prognatie du maxillaire inférieur.  Il y a occlusion croisée généralisée.

On a dû procéder à une première chirurgie orthognatique  d’expansion palatine tout d’abord. Cela provoque temporairement un espace imposant (dépendant de l ‘ouverture dont nous avons besoin ) qui se résorbe par lui-même le mois suivant  généralement.

Puis mise en place des appareillages fixes complets, ablation des 3 sagesses , et préparation des arcades pour la deuxième chirurgie orthognatique.

La deuxième chirurgie a consisté en un avancement de la mâchoire supérieure et un recul mandibulaire .

Puis finalement  il y eu stabilisation du cas par 2 fils linguaux et un Hawley au maxillaire supérieur pour conserver l’expansion effectuée.

Classe III : ortho-chirurgie +occlusion croisée Traitement

Voici les différentes étapes.

Classe III : ortho-chirurgie + occlusion croisée Final

Observez la finale et noter que les 3 dents de sagesse présentes au début du traitement, ont été enlevées durant la première chirurgie d’expansion.

ClasseIII – canine incluse -cas#2 Initial

Il s’agit ici d’un cas de classe III dentaire et squelettique avec un manque d’espace important pour les 2 canines permanentes du maxillaire supérieur et rétro-inclinaison importante des dents antérieures inférieures. La canine supérieure gauche est incluse oblique actuellement et se situe buccalement.

On a donc créé de l’espace tout d’abord avec un expanseur palatin , puis on a placé les appareillages fixes complets et exposé chirurgicalement  la canine incluse supérieure gauche.

On a procédé à la traction de la canine et terminé le cas avec des élastiques de classe III.

 

 

ClasseIII – canine incluse cas#2 Traitement

Voici les différentes étapes.

ClasseIII – canine incluse – cas#2 Final

Voici la finale.

ClasseIII – cas#1 Initial

Cas de classe III avec prognatie mandibulaire importante et manque d’espace pour le 2 canines supérieures permanentes..

On en traité ce cas avec une expansion palatine, des appareillages fixes complets et des élastiques de classe III.  On a même pu éviter des chirurgies d’exposition des canines du maxillaire supérieur car elle ont trouvé leur chemin toutes seules un fois l’espace créé, leurs axes d’émergence y étant favorables.

Puis nous avons terminé le cas avec 2  fils linguaux et un appareil Hawley pour stabiliser l’expansion qui avait eu lieu.

ClasseIII – cas#1 Traitement

Voici les différentes étapes de traitement.

ClasseIII – cas#1 Final

Voici la finale.

Phase 1 – occlusion croisée bilatérale cas#2 Initial

Il s’agit ici d’un cas d’interception de phase I où il est facile de remarquer le manque d’espace important aux 2 maxillaires et l’occlusion croisée bilatérale. Les articulations temporo-mandibulaires présentaient déjà un problème débutant de clics et de douleur.

Une expansion lente (suggérée encore plus lorsqu’il y a scoliose chez les patients et recommandée par les orthopédistes et leur littérature)  des 2 maxillaires a eu lieu. En haut, on a utilisé un expanseur de type quadhélix (que préférait son ostéopathe, car je l’enlevais avant sa séance de thérapie) et un sagittal avec 3 vis à la mandibule.

Puis des appareillages fixes ont été posées pour terminer le placement des molaires permanentes permanentes et de’alignement de la ligne médiane antérieur (ce que j’appelle la croix antérieure personnellement) afin de donner toutes les chances aux dents en formation de pouvoir émerger correctement.

Puis nous avons stabilisé  le cas avec 2 appareils de rétention de type Hawley pour 6 mois.

Phase1 – occlusion croisée bilatérale cas#2 Traitement

Voyez les appareils Quadhélix et sagittal 3 vis.

Phase1 – occlusion croisée bilatérale cas#2 Final

Voyez la finale de cette interception de phase I.

Phase1: Interception de Classe III + occlusion croisée – cas#1 Initial

Il s’agit ici d’un cas de classe III avec prognathie mandibulaire importante et manque d’espace important avec occlusion croisée antérieure au maxillaire supérieur.

Il est à noter que si nous n’intervenions pas chez cet enfant en bas âge, il aurait définitivement besoin de chirurgies orthognatiques importantes des 2 maxillaires plus tard à l’âge adulte

On a donc procédé à une expansion du maxillaire supérieur avec pose de pistes directes pour permettre aux dents antérieures de faire leur saut de correction du lingual au buccal, et d’un appareil de type Gelb à la mandibule. Le patient devait aussi porter des élastiques de classe III pour stimuler la croissance de la mâchoire supérieure.

On a terminé cette interception avec un appareil de rétention de type Hawley au maxillaire supérieur pour 6 mois.

Phase1: Interception de Classe III +occlusion croisée – cas#1 Traitement

Voyez les différents appareils.

Phase 1: Interception de Classe III +occlusion croisée Cas#1 Final

Voyez la finale de l’interception . Par la suite ce cas n’a pas eu besoin d’autres phases et s’est très bien auto-organisé.