Consultation gratuite
Bücco - Guide ortho
Le cou et les céphalomètres

Le cou et les céphalomètres

Le céphalomètre (ceph) a plusieurs corrélations cliniques et peut aussi contribuer à un diagnostic plus adéquat et a un plan de traitement plus précis.

  1. Il permet, entre autres, de déterminer le « Air-way pharyngé » et de voir l’hypertrophie des adénoïdes, derrière le palais mou. Le air- way devrait avoir une largeur de 8 à 10 mm minimalement dans cette région. Une restriction dans cette sphère résulte généralement en un patient respirateur buccal, une position avancée de la tête, avec un angle mandibulaire plus raide avec des tendances vers une béance occlusale antérieure en plus d’une perte des 2 lordoses, cervicale et lombaire. L’importance clinique de cet espace pharyngé ne doit pas être sous-estimée, surtout chez les adolescents ou enfants en pleine période de croissance et de développement.
  2. Il permet aussi de déterminer l’espace de la première cervicale (C1) avec la base du crâne. Quand le crâne est positionné correctement avec les deux condyles occipitaux dans leurs fosses respectives de C1, on peut s’attendre à des mouvements de flexions et d’extensions normaux et une relation normale avec, de 8 à 10mm, autant pour les enfants que les adultes. Au contraire, les patients avec une posture de tête chronique vers l’avant, auront typiquement un espace réduit de 2 à 6mm avec une fonction limite des mouvements de flexion et d’extension. La posture vers l’avant de la tête affectera la position mandibulaire, le volume des voies respiratoire supérieures et sa vélocité, et elle augmentera l’activité musculaire des muscles sterno-cléïdo-mastoïdiens et des muscles masticateurs en général en addition avec une future dégénération de la colonne vertébrale dans son ensemble.
  3. Même s’il est généralement typique de voir de C1 à C4 ou C5 sur un ceph, il est important d’évaluer la colonne cervicale et sa courbure en général. Est-elle dans une gamme normale de lordose? Ou est-elle inversée (cyphose)? Est-ce que les espaces inter -vertébraux sont normaux et égaux. Y a-t-il des changements dégénératifs, de la spondylite, toute anormalité influencera la position mandibulaire, et par conséquent, un plan de traitement.
  4. Le céphalomètre permet d’évaluer l’os hyoïde et sa relation avec une ligne tracée du bord antérieur inférieur de C3 et Rgn. Est-ce que l’os hyoïde intersecte cette ligne au-dessus, indiquant une hyper -activité des muscles supra-hyoïdiens et des myéloïdiens. L’os hyoïde devrait être intersecté par cette ligne ou encore être sous cette ligne.
  5. Y a-t-il un creux antégonial unilatéral ou bilatéral? Une déposition osseuse excessive à cette origine du muscle masséter indique une hyperactivité de celui-ci associé à une hyperactivité du temporal.
  6. Il permet aussi de voir l’ossification des ligaments stylo-hyoïdiens et stylo-mandibulaires (même s’ils sont généralement observés au panoramique). L’ossification de ces ligaments limite généralement les mouvements du cou.

En 1959, Pyo (404), avait décrit les ponticulus posticus de la première cervicale. Cette arche osseuse entoure le trou atlanloïde postérieur et ainsi altère la course de l’artère vertébrale et du nerf sub-occipital qui passent au-dessus de la première vertèbre cervicale, et cela peut donner ainsi des maux de tête et autres symptômes cervicaux.

En 2007, Tahara et ass. (519) ont étudié les différentes courbures cervicales chez plus de 8000 personnes. Ils ont trouvé que la courbure cervicale augmentait avec l’âge mais qu’une étude plus poussée avec corrélation avec la dentition devait être performée.

En 2008, Soni (499) a écrit un article au sujet de découvertes fortuites sur des ceph, telles une synostose de l’ATLAS, invagination basilaire, ATLAS occipitalisation, C2-C3 bloquées et fusionnées, agénésie de l’odontoïde (532), (559). Cela pouvait donner des symptômes de douleur au cou, des vertiges, de l’otalgie, des maux de tête cervicaux, une vision troublée….. donc très importants à diagnostiquer.

LE COU ET LES CÉPHALOMÈTRES

(404) Pyo J, Lowman RM. The “Ponticulus Posticus” of the First Cervical Vertebra. Radiology 1959 June; 72(6):850-854.

(499) Soni P, Sharma V, Sengupta J. Cervical Vertebrae Anomalies-Incidental Findings on Lateral Cephalograms. Angle Orthodontist 2008; 78(1):176-180.

(519) Tahara R, Metegi E, Nomura M, Tsuchiya E, Shino T, Inoue E, Sueishi K, Matsuda I. Cuvature of Cervical Vertebra in 8020 Achievers Observed by Latéral Cephalogram. Bull Tokyo Coll 2008; 49(1):15-21.

(532) Tetradis S, Kantor ML. Anomalies of the odontoid process discovered as incidental findings on cephalometric radiographs. Am J Orthod Dentofacial Orthop 2003; 124:184-9.

(559) Vastardis H, Evans CA. Evaluation of cervical spine abnormalities on cephalometric radiographs. Am J Orthod Dentofac Orthod 1996; 109:581-8.

Lire la suite

Retour à la table des matières