Consultation gratuite
Os hyoïde

Os hyoïde

En 2004, Young et MCDonald (591) ont investigué la relation entre la hauteur de l’os hyoïde (position verticale) et la sévérité de l’apnée obstructive du sommeil en étudiant cet os sur des lignes céphalométriques. On a trouvé que l’os hyoïde était positionné plus bas chez les patients apnéens.

En 2005, Allhaija et Al-Khateeb (14) ont trouvé qu’il y avait des différences dans la position de l’os hyoïde en regard de la position sagittale relative des 2 maxillaires. Ils ont aussi noté que la position de l’os hyoïde est relié à l’angle ANB, qu’il y a des différences de position de l’os hyoïde selon le sexe pour les cas de classe I et classe III.

Puis en 2006, Pae et ass. (378) ont décidé d’étudier la position verticale de l’os hyoïde en regard de l’âge et/ou de l’obésité d’un individu. Ils ont trouvé que ni l’un ni l’autre n’était statistiquement significatif mais que l’angle de la mandibule semblait plus significatif. Les sujets dolichofaciaux présentaient un changement de hauteur avec le temps mais pas les brachycéphales. Cette trouvaille peut être importante parce qu’un os hyoïde bas avec un visage brachyfacial semble être une caractéristique morphologique d’un patient non-obèse avec apnée sévère.

En 2009, Juliano (215) a cherché l’impact que pouvait avoir la respiration buccale sur la position de l’os hyoïde par étude céphalométrique et polysomnographique. Il a été établi que les enfants qui respiraient par la bouche avaient tendance à être rétrognates mandibulaires, avec un plan occlusal fortement incliné, et que la grande partie de la colonne cervicale était placée plus près de l’os hyoïde.

En 2011, Jena et Duggal (212) ont testé l’hypothèse qu’il n’y avait pas de différence entre la position de l’os hyoïde chez différentes dysplasies verticales des mâchoires. Ils ont conclu que la position antéro-postérieure de l’os hyoïde était plus avancée chez les sujets avec un syndrome de face courte (brachyfacial). La position verticale de l’os hyoïde était comparable chez les sujets à dysplasie verticale variable des mâchoires. L’inclinaison axiale de l’os hyoïde suivait l’inclinaison axiale de la mandibule.

Puis en 2012, Verma et ass. (561) ont évalué céphalométriquement la position de l’os hyoïde et des espaces pharyngés après le port d’un appareil d’avancement mandibulaire de type Twin-Block. Ils ont trouvé qu’après le traitement, l’os hyoïde se déplaçait significativement antérieurement dans le plan horizontal. Cela signifie donc une augmentation significative de la largeur du pharynx supérieur.

En 2012, Gokce et collègues (148), ont observé la relation entre la malocclusion de classe III et le déplacement de l’os hyoïde durant la déglutition par résonance magnétique ciné-magnétique ou dynamique. Ils ont trouvé que dans tous les stages de la déglutition, la position verticale de l’os hyoïde pour les sévères classes III était beaucoup plus basse que dans les cas de classe III moins sévères et que dans les classes I. De la même manière, le déplacement horizontal était plus important, plus la sévérité de la classe III était importante.

Toujours en 2012, Machado et Crespo (293) ont étudié la position de l’os hyoïde et les voie respiratoires supérieures chez les 110 enfants avec (55) et sans (55) déglutition infantile sur des radiographies céphalométriques. Leur façon de calculer la position était différente de celle de Rocabado et de Gokce. Ils ont trouvé que des altérations de fonction telle que la déglutition atypique altérait aussi la position de l’os hyoïde.

Puis Karacay et collègues (222) en 2012 aussi, ont évalué les mouvements de l’os hyoïde chez les sujets avec des occlusions antérieures ouvertes avec une résonance magnétique dynamique (écho-ciné-magnétique) chez 36 sujets, 18 avec une ouverture occlusale antérieure de -4.9 ± 1.9mm et 18 avec un groupe contrôle ayant 1.9 ± 0.7mm. La position de l’os hyoïde était évaluée pour les 4 stages de la déglutition.

L’os hyoïde atteint la position la plus supérieure au stage pharyngé de la déglutition et la plus antérieure durant le stage oral de la déglutition. La béance antérieure ou non, ne change pas le patron de déplacement de l’os hyoïde durant la déglutition. L’os hyoïde est positionné plus inférieurement et plus postérieur chez les patients avec une béance antérieure à cause du relâchement de la tension sur les muscles supra-hyoïdes. Par contre, les mesures dans cet article ont été beaucoup plus semblables aux miennes dans les plans utilisés.

Toujours en 2012, Deljo et collègues (89), ont aussi analysé la position de l’os hyoïde en relation avec la base crânienne, la mandibule et la colonne vertébrale cervicale avec une référence particulière aux relations bi-maxillaires avec analyses céphalométriques. 30 profils de patients âgés de 17-18 ans, des 2 genres, ont été utilisés. Ils ont été divisés en 3 groupes : angle ANB de 1 à 4° pour le 1er groupe et ≥ 5° pour le 2e groupe, et ANB=0 négatif pour le 3e. Ils ont utilisé le triangle H1-C3-RGn comme moi pour leurs mesures linéaires. Ils ont trouvé une corrélation positive en relation avec la colonne cervicale, en dépendance avec le plan mandibulaire.

En 2012, Ucar et ass. (548) ont trouvé dans leur recherche, que la base squelettique maxillaire est positionnée postérieurement pour les respirateurs buccaux comparée à un groupe témoin de respirateurs nasaux. En général, les mesures céphalométriques 2D verticales étaient plus élevées et les incisives inférieures plus lingualement inclinées dans le groupe de respirateurs buccaux. Par ailleurs ils n’ont pas trouvé de différence de position de l’os hyoïde statistiquement significative entre les 2 groupes.

En 2013, De Arruda Cabral et collègues (84) ont étudié la position de l’os hyoïde et la dimension de l’oropharynx lors de génioplastie d’avancement. Leurs conclusions ont été à l’effet que lorsque la dimension oro-pharyngée augmentait en même temps que la base de la langue et l’os hyoïde se positionnait plus antérieurement avec la génioplastie d’avancement. Ceci se crée par le positionnement antérieur des muscles de la langue incluant les muscles géniohyoïdes et le génioglosse.

Généralement, l’os hyoïde correspond, en dimensions, avec la dimension du corps d’un individu, sans corrélation avec le sexe. URBANOVA (549, en 2013).

Kim et collègues, en 2013, ont évalué en 3 dimensions, les changements dans les voies respiratoires supérieures et la position de l’os hyoïde après une chirurgie bi-maxillaire de 25 patients de classe III. Ils ont trouvé que l’os hyoïde se déplaçait inféro-postérieurement et que l’espace pharyngé diminuait. Cela était en relation avec l’inclinaison du plan palatin qui, en effectuant une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre, diminuait ainsi le volume total des voies aériennes.

En 2013, Yang et Ass. (586) ont étudié les changements de la position de l’os hyoïde après un traitement orthodontique. Après le traitement, le groupe avec un profil dolychofaciale a présenté un déplacement antérieur et supérieur de l’os hyoïde alors que le groupe brochycéphale a présenté un déplacement antérieur significatif et une augmentation significative de l’inclinaison de l’os hyoïde.

Puis en 2013, Okada et ass. (362) ont aussi étudié le changement dynamique de position e l’os hyoïde et des muscles qui y sont reliés durant la déglutition. Ils ont trouvé que la séquence de l’activité musculaire demeurait constante. Une série de tensions musculaires influence la trajectoire de l’os hyoïde. Le stylo-hyoïde, le ventre postérieur du digastrique et les muscles mylo-hyoïdiens initient le réflexe d’avaler et contribuent au mouvement vers le haut de l’os hyoïde. Puis le muscle génio-hyoïdien est le muscle clé dans le mouvement vers l’avant de l’os hyoïde en plus du ventre antérieur des digastriques. Les mouvements ont été analysés avec une toute nouvelle technologie, soit le 320-row area detector tomographie (320-ADCT) qui a une excellente résolution spatiale et temporelle.

En 2014, Urzal et Ferreira (550), ont étudié la position de l’os hyoïde en fonction d’un patron squelettique vertical, avec surplomb vertical fermé ou avec béance antérieure. Ils ont trouvé que la position de l’os hyoïde était peu influencée par le surplomb vertical.

OS HYOÏDE

(14) Allhaija ESA, Al-Khateeb SN. Uvulo-glosso-pharyngeal Dimensions in different Anteroposterior Skeletal Pattern. Angle Orthod 2005; 76:1012-1018.

(84) De Arruda Cabral MB, De Freitas AC, De Araujo TM, Pena N, Brandao Filho RM. Effects of chin advacement surgery in hyoid bone and tongue positions and in the dimension of the oropharynx. Dental Press J Orthod 2013 Sept.-Oct; 18(5):64-9.

(89) Deljo E, Filipovic M, Babacic F, Grabus J. Correlation Analysis of the Hyoid Bone Position in Relation to the Cranial Base, Mandible and Cervical Part of Vertebra with Particular Reference to Bimaxillary Relations/Teleroentgenogram Analysis. Acta Inform Med 2012; 20(1):25-31.

(148) Gokce SM, Gokce HS, Gorgulu S, Karacay S, Akca E, Olmez H. Relationship between Class III maloclussion and hyoid bone displacement during swallowing: a cine-magnetic resonance imaging study KJO 2012; 42(4):190-200.

(212) Jena AK, Duggal R. Hyoid bos position in subjects with different vertical jaw dysplasias. Angle Orthod 2011; 81:81-85.

(215) Julianno ML, Machado MAC, De Carvalho LBC, Zancanelle E, Santos GMS, Fernandes Do Prado LB, Fernandes Do Prado G. Polysomnographic Findings are Associated with Cephalometric Measurements in Mouth-Breathing Children. J Clin Sleep Med 2009; 5(6):554-561.

(222) Karacay S, Gokce S, Yildirim E. Evaluation of hyoid bone movements in subjects with open bite: a study with real-time balanced turbo field echo cine-magnetic resonance imaging. KJO 2012; 42(6):318-328.

(235) Kim MA, Kim BR, Choi JY, Youn JK, Kim YJRM, Park YH. Three-dimensional changes of the hyoid bone and airway volumes related to its relationship with horizontal anatomic planes afters bimaxillary surgery in skeletal class III patients. Angle Orthod 2013; 83:623-629.

(293) Machado AJ JR, Crespo AN. Cephalometric evaluation of the airway space and hyoid bone inchildren with normal and atypical deglutition: correlation study. Sao Paulo Med J 2012; 130(4):236-41.

(362) Okada T, Aaoyagi Y, Inamoto Y, Saitoh E, Kagaya H, Shibata S, Ota K, Ueda K. Dynamic changein hyoid muscles length associated with trajectory of hyoid bone during swallowing: analysis using 320-row area detector computed tomography. Journal of Applied physiology November 2014; 115(8):1138-1145.

(378) Pae EK, Quas C, Quas J, Garrett N. Can facial type be use to predict changes in hyoid bos position with age? A perspective based on longitudinal data. American Journal of Orthodontics and Dentofacial Orthopedics December 2008; 134(6):792-797.

(548) Ucar FI, Ekizer A, Uysal T. Comparison of craniofacial morphology, head posture and hyoid bone position with different breathing patterns. The Saudi Dental Journal 2012; 24:135-141.

(549) Urbanova P, Hejna P, Zatopkova L, Safr M. The morphology of human hyoid bone in relation to sex, age and body proportions. Homo 2013 Jun; 64(3):190-204.

(550) Urzal V, Braga AC, Ferreira AP. Hyoid bone position and vertical skeletal pattern- open bite/deep bite. Oral health and dental management 2012; 13(2):341-347.

(561) Verma G, Tandon P, Nagar A, Singh GP, Singh A. Cephalometric evaluation of hyoid bone position and pharyngeal spaces following treatment with Twin block appliance. J Orthod Sci 2012 Jul-Sep; 1(3):77-82.

(586) Yang Q, Wang CH, Fan C, Chen J. A changes in hyoid bone position after orthodontic treatment of patients with mandibular deviation. West Indian Med J 2013 Mar; 62(3):239-43.

(591) Young JW, McDonald JP. An investigation into the relationship between the severity of obstructive sleep apnoea/hypopnoea syndrome and the vertical position of the hyoid bone. Surgeon 2004 Jun; 2(3):14551.

Lire la suite

Retour à la table des matières